R cit crit sur le tard, sous forme de nombreuses anecdotes courtes Ce n est donc pas un journal de guerre avec des dates pr cises mais une suite de souvenirs, parfois agr ment s de r flexions.
Affect pr s de la fronti re marocaine aux environs d A n Sefra, l auteur livre un t moignage honn te, sans langue de bois.
merci l auteur pour ce livre, j ai t captiv , mon service militaire comme aspi y est sans doute pour beaucoup J ai beaucoup aim le style direct de Jacques LANGARD.
Loin d une langue de bois conventionnelle, il a su traduire le v cu de ces jeunes officiers de r serve, brutalement plong s dans un conflit, auquel le monde politique de l poque ne savait pas, ou ne voulait pas, faire face.
Camarade de promo de l auteur l cole des EOR de Cherchell promo 803 1958 , je garde, de cette p riode, le souvenir d un s jour rigoureux, mais indispensable l exercice de notre responsabilit future de chef de section.
Bravo pour ce t moignage sans concession, ni vaines fioritures.



Ce livre crit naturellement sans etre pollu par la politique.
Pour un ancien combattant ce livre retrace bien ce que nous avons v cu.
Nos sensations, nos peurs.
Nous regardions la mort en face ! : 1959-1960, un sous-lieutenant appelé dans la guerre d'Algérie Ë je viens de nouveau d essayer, vraiment le bout qui devrait s enclencher, a ne rentre pas correctement et donc ne tourne pas faut t il que ce petit bout de fer a descende pour pouvoir l insrer jusqu au bout merci de m apporter quelques lumires.
Pour les appel s des ann es 1954 1962, la guerre d Alg rie fut quelque fois une vraie guerre, avec de vrais morts, et pas seulement du c t alg rien Le t moignage de ce jeune sous lieutenant comptable de la vie de ses hommes est exceptionnel On y trouve, souvent avec humour, des portraits, des r cits qui montrent ce que fut le quotidien de tant de jeunes Fran ais de cette poque qui ne furent pas des tortionnaires ou des ex cuteurs sanguinaires, mais souvent des victimes d un conflit qu ils n avaient pas voulu et que souvent ils ne comprenaient pas.
T moignage tr s mouvant mais aussi dr le par moment sur ce qu ont v cu les jeunes appel s lors du conflit alg rien.
Encore Qu Un T Moignage, Ce Livre Est Un Hommage Au Pr S De Deux Millions De Gar Ons Qu Une R Publique Impr Voyante A Impliqu S Dans Un Combat Douteux Pour Une Cause Perdue, Dans Ce Qu On Consid Rait Encore Comme Un Ensemble De D Partements Fran Ais, Et Particuli Rement Aux D Entre Eux Qu Un Sort Tragique Conduisit Une Mort Qu Ils Taient Cens S Regarder En Face, Ces Marsouins Que [ Pdf Nous regardions la mort en face ! : 1959-1960, un sous-lieutenant appelé dans la guerre d'Algérie æ fitness PDF ] by Jacques Langard à Ce Jeune Sous Lieutenant Appel DeAns A Eu Commander Sorti EnDe L EMI De Cherchell, Apr S Huit Mois Comme Instructeur En Allemagne, Jacques Langard A Tutoy La Mort Dans Son R Giment D Infanterie De Marine, Des Bois De L Ouarsenis Aux Confins Alg Ro Marocains, De Piton En Piton, Dans Les Taillis Ou Parmi Les Touffes D Alfa, Dans Le Vent Glac Ou Sous Le Soleil Accablant, Chasseur Chass Sous La Menace De L Invisible Fellaghasans Pour Autant Se Livrer Aux Exactions Qu On A Pu Reprocher Certains L Ments De L Arm E Fran Aise Alors Charg E Du Maintien De L OrdreAu Moment De Comm R Le Cinquantenaire De La Fin Du Conflit, Ce Qui Est Relat Dans Ce Livre M Ritait D Tre RappelN En Lorraine Dans Les Ann Es , Jacques Langard A V Cu Son Enfance Et Sa Jeunesse Nancy Apr S Une Carri Re De Cadre Commercial Il A Longtemps Dirig Une Entreprise De BTP Chevalier De La L Gion D Honneur Titre Militaire, Il A Assur Les Fonctions D Officier Op Rations Instruction Puis De Chef De Corps Dans Le Cadre De R Serve Au Moment De Comm R La Fin Douloureuse De Ce Qu On Appelle Enfin La Guerre D Alg Rie , Son Livre Vient Point Nous Rappeler Ce Que Fut La Vie Difficile Du Contingent Dans Ce Combat Qui N Tait Pas Le Sien Ses R Cits, Ses Portraits, Ses R Flexions Ont Un Accent De V Rit Que Souligne Un Style Familier L Image Du Langage Des Hommes Du Terrain En D Pit De La Duret Du V Cu Quotidien, Il Ne Se D Partit Pas D Une Certaine Distanciation Allant Jusqu L Humour, Pour En Sourire De Peur D Avoir En Pleurer

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *